SIMON- PIERRE GONGO

SIMON- PIERRE GONGO

AFRIQUE DU SUD: La mort de Miriam Makeba

La grande chanteuse sud-africaine Miriam Makeba est morte à l'âge de 76 ans dans la ville de Caserte, dans le sud de l'Italie, après avoir participé à un concert.

Elle est décédée dans la nuit de dimanche à lundi après ce concert pour Roberto Saviano, un écrivain menacé de mort par la Mafia.

Miriam Makeba, que l'on appelait aussi "Mama Africa", était la voix légendaire du continent africain et elle était devenue un symbole de la lutte contre le système d'Apartheid.

Elle s'est éteinte après avoir chanté une demie-heure à Castel Volturno, non loin de Naples, en compagnie d'autres artistes.

Elle a été hospitalisée de toute urgence et c'est dans une clinique de Castel Volturno qu'elle a succombé à une crise cardiaque.

Miriam Makeba est née à Johannesbourg le 4 mars 1932 et c'est en 2005 qu'elle avait effectué sa tournée internationale pour faire ses adieux à la scène.

Miriam Makeba a été découverte alors qu'elle était vocaliste dans un groupe sud-africain, les Manhattan Brothers, pendant une tournée aux Etats-Unis, en 1959.

L'année suivante, quand elle a voulu rentrer en Afrique du sud pour assister aux obsèques de sa mère, les autorités sud-africaines lui ont retiré sa nationalité et elles ont ensuite interdit sa musique.

Elle vivra donc en exil pendant 31 ans, d'abord aux Etats-Unis puis en Guinée.

Sa carrière a véritablement décollé de façon fulgurante grâce à l'enregistrement de l'un de ses plus grands succès gravés dans les mémoires "Pata Pata",ce qui en Tchosa signifie "touche, touche" et qui décrit une dance des townships.

Financièrement ce ne fut pas une bonne opération, car à son insu elle renonça à toutes les royalties sur cette chanson.

En 1985, elle traversa l'une des périodes les plus éprouvantes de sa vie avec la perte de sa fille unique, Bongi, morte à l'âge de 36 ans.

Mais la vie a ensuite repris le dessus, comme toujours avec Miriam Makeba après de multiples épreuves dans sa vie, comme la mort de son père à un jeune âge, son cancer, ou encore les hauts et les bas dans sa vie sentimentale, sans parler des rumeurs d'alcoolisme.

Elle retourne en Afrique du Sud dans les années 90 après la libération de Nelson Mandela.

Elle avait alors sorti "Homeland", un album qui renferme une chanson dans laquelle elle évoque sa joie de retrouver sa terre natale après tant d'années d'exil, une période de sa vie qu'elle a consacrée à la lutte anti-apartheid et au cours de laquelle elle a témoigné à deux reprises devant les Nations unies.

"J'ai gardé ma culture intacte, disait-elle, j'ai su préserver la musique de mes racines. Je suis devenue une voix, une image de l'Afrique sans que je m'en rende compte," confie-t-elle dans sa biographie.

 


10/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres