SIMON- PIERRE GONGO

SIMON- PIERRE GONGO

UE - UA: L’Ouganda partage ses meilleures pratiques en TIC à Ouagadougou

Qui aurait cru à cette grande récupération? Les technologies de l'information et de la communication sont devenues pourtant l'une des préoccupations des Etats africains. De Kampala à l'Est à Ouagadougou à l'Ouest, de Durban au Sud à Tunis au Nord la priorité des gouvernants converge inexorablement vers le net. A la faveur de la deuxième édition du forum des meilleures pratiques sur les tics l'Ouganda expose la toile du cyber espace local en échange avec les pairs du continent.

 

Ouganda, un pays situé dans la corne Est de l'Afrique. Hier ravagé par la violence imposée par l'armée de résistance du Seigneur, le pays est aujourd'hui à la recherche de ses marques. Des infrastructures emportées par l'atrocité des combats, le secteur social, santé, éducation et bien d'autres domaines fragilisés. Le pays compte revenir dans le concert des nations par une passerelle solide entre ces différents secteurs et les technologies de l'information et de la communication.

Dr HAM MUKASA MULIRA, ministre Ougandais des TIC.

Juin 2006, l'Ouganda est en quête d'une solution adaptée aux réalités du pays à travers des formules qui se reposent sur les TIC. Cela commence par l'introduction des tics dans les programmes scolaires et universitaires. A l'université de MAKERE cette année là, près de cinq mille étudiants se sont inscrits dans les filières de ce nouvel outil à tout faire. Au-delà de cette expérience académique, le gouvernement du président YOWERI MUSEVENI a allégé les taxes d'impôts des petites et moyennes entreprises. Il a également encouragé l'investissement des banques en leur octroyant  des crédits ce qui a favorisé l'explosion du cyber espace dans ce pays. L'Internet rentre alors dans les mœurs des citoyens. Des informations relatives aux prix marchands, aux affaires, à la gestion des entreprises et surtout aux débouchés sont régulièrement diffusées, à travers ce canal à l'intention des publics cibles.

Pour cela, en  partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'Industries, Microsoft et le gouvernement australien, le gouvernement ougandais crée un centre de réhabilitation et de rénovation des ordinateurs. L'objectif est de mettre des machines à moindre coup à la disposition de la population. C'est aussi le moyen de protéger l'environnement en jouant sur les processeurs et en nettoyant les machines qui leur sont rapportés. D'un coup de 175 US$ soit environ soixante dix mille franc CFA (70000f CFA), ces computers sont vendus dans des centres crées au sein de huit (08) districts. « De la même manière que nous consommons les véhicules de secondes mains, l'introduction de cette unité va permettre de réfectionner 10000 ordinateurs par an et les vendre à des prix quatre à cinq fois inférieurs aux prix normaux et permettre de servir nos communautés », soutient le ministre Ougandais des technologies de l'information et de la communication.

Au-delà du rôle de distribution, les centres de vente sont des foyers de diffusion d'information sur les best practices en jouant le rôle de consultant auprès des PME et même des grandes entreprises. Au regard de l'impact des différentes initiatives sur le quotidien des habitants, le gouvernement ougandais  ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous envisageons étendre notre projet vers le Nigeria, le Kenya, Madagascar et la Tanzanie » projette le ministre technocrate sorti des amphis de l'université de MAKERE pour conduire le département en charge des tics. A l'intérieur du pays, vingt autres districts devraient bénéficier à moyen terme des centres de distribution. Mais le soutien de Microsoft reste indispensable pour introduire des programmes spéciaux qui s'adaptent aux réalités des populations locales.

 



22/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres